Livres audio : écoutez, ça n'a rien à voir

Le livre audio devient plus facile d’accès, son offre s’est élargie, dynamisant son image. Si son prêt est exclusivement réservé aux personnes porteuses de handicap à la bibliothèque sonore de Montreuil, en revanche tous les lecteurs des bibliothèques municipales peuvent l’emprunter. À bon entendeur !

 

Audiolivres, livres en braille, ouvrages ou magazines en gros caractères mais aussi loupes et lunettes en prêt pour personnes à la vue basse : les bibliothèques de la ville se rendent aussi accessibles.
Audiolivres, livres en braille, ouvrages ou magazines en gros caractères mais aussi loupes et lunettes en prêt pour personnes à la vue basse : les bibliothèques de la ville se rendent aussi accessibles.

 

 

Romans policiers de terroir, philosophie…, depuis quelques années le fonds des audiolivres des bibliothèques municipales se diversifie et s’enrichit. Il compte ainsi aujourd’hui 800 titres. « Nous avons de plus en plus de nouveautés : Millénium, IQ84… « , annonce Antoine Prunier, à la bibliothèque Robert-Desnos. Bonne nouvelle car « les audiolivres sont un peu ce qu’il reste aux personnes qui n’y voient plus », indique Jack Cohen, du côté de la bibliothèque sonore. À Montreuil, elle dispose de 650 CD MP3 et, « grâce à la mutualisation des fonds des 120 bibliothèques sonores de France, nous recevons dix nouveautés par semaine », poursuit son président.

Nos audiolecteurs ont également la possibilité d’emprunter des revues enregistrées sur CD à la demande : Géo, Le Monde diplo-matique, Le Canard enchaîné… » Des supports qui peuvent aussi bénéficier aux personnes poly-handicapées moteur, dans l’in-capacité de tenir un livre.

Un autre mode de lecture

Cependant l’écoute d’audiolivres dépasse aujourd’hui le public âgé ou handicapé. Au volant de sa voiture, lors d’une période d’immobilité, d’insomnies… son usage est « complémentaire au livre », reprend Antoine. Il ne s’y substitue pas. Il peut aussi rendre les enfants qui ne savent pas lire autonomes Ainsi, dans les rayons jeunesse des bibliothèques de la ville, contes, comptines et romans en CD et livres-CD côtoient aussi des histoires racontées par Arthur H ou des albums de Pef, le père de Titeuf. Outre un confort d’utilisa-tion, le livre audio est un moyen pour tous de redécouvrir la poé-sie des textes, un livre dans une version plus animée, mais aussi de rencontrer des auteurs ou penseurs dont la voix a pu être captée. Moralité : le livre audio, ce n’est pas idiot.

 

Anne Locquenaux